MON PROGRAMME (PRESQUE) IDEAL

Les sciences économiques et sociales ont pour vocation première de fournir les outils des diverses sciences sociales pour mieux comprendre le monde auquel les élèves participent (ou seront amenés à participer). Je me suis donc amusé à imaginer ce que pourrait être un programme de lycée intégrant les diverseS scienCes sociales (et pas seulement l'économie et la sociologie) sans souci de contrainte horaire


CLASSE DE SECONDE.
Objectif de la classe de seconde : montrer que le social n'est pas immédiatement accessible et qu'il convient de développer des méthodes spécifiques. Donner quelques éléments de base en économie et sociologie(consommation, entreprise, famille, revenus)


CHAPITRE I : NOUS CONSOMMONS TOUS.

I) QU'EST CE QUE LA CONSOMMATION ? POURQUOI LA CONSOMMATION ?
A partir de données concrètes (vécu des élèves,...) on montrera l'intérêt d'une analyse de la consommation (satisfaction des besoins, moteur de l'activité économiques) ; on distinguera la consommation de biens et de services ainsi que les consommations individuelles et publiques (services collectifs et services publics).

II) L'EVOLUTION DE LA CONSOMMATION
1) Loi d'Engel
2) La courbe « en S » (courbe Logistique)
Méthodologie : apprentissage de la lecture de documents statistiques : courbes , tableaux

II) LA CONSOMMATION : COMPARAISONS SOCIALES
On introduira la notion de CSP

III) LES FACTEURS DE LA CONSOMMATION.
1) Facteurs « économiques »
Notions de : revenu nominal/réel, pouvoir d'achat
Méthodologiquement : on abordera les outils statistiques : indice, taux de variation.

2) Facteurs sociologiques
Notions de : mode de vie, standard de vie, imitation/distinction, effet de signe

3) Le rôle de la publicité dans la consommation
Notion de besoin et d'effet de signe.
Méthodologiquement : l'usage de la video permettra d'analyser des publicités et de faire une première approche des « analyses de contenu ».

CHAPITRE II : QUELLE EST NOTRE PART D'AUTONOMIE ?
Le chapitre sur la consommation nous a montré combien il est difficile de dire dans quelle mesure nous sommes libre de consommer. Bien sur, personne ne peut nous obliger à consommer tel ou tel bien ou service (à l'exception de l'Education, par exemple) mais nous voyons bien qu'une certaine influence peut se faire à travers la publicité ou la mode.

I) L'INDIVIDU FAIT LIBREMENT DES CHOIX (4h)
- calcul à la marge : On montrera que l'individu fait des choix selon un principe de calcul à la marge. On présentera la notion de coût d'opportunité.
- Méthodologiquement, ce sera l'occasion de montrer ce qu'est une modélisation.

II) L'INDIVIDU EST PARFOIS CONTRAINT (7h)
1) Le conformisme : l'expérience de Asch
2) L'autorité : l'expérience de Milgram
3) Il existe aussi des choix collectifs qui contraignent l'individu ((On présentera à cette occasion les notions de bien collectif pur et de bien public)
- Méthodologiquement : ce sera l'occasion de présenter une situation expérimentale, d'en montrer les limites mais aussi l'intérêt.

Point d'étape : s'il le désire, l'enseignant peut faire d'ores et déjà un point sur les acquis (ou préférer réserver ce point d'étape à un autre moment de l'année). Il peut montrer aux élèves que plusieurs sciences sociales ont été utilisées : science économique, sociologie, psychologie sociale, histoire. Il montrera aussi que l'on a utilisé différentes méthodes d'analyse : modélisation, analyse statistique (tableaux et graphiques), expérimentation sociale, analyse de contenu (PS : ces méthodes ne sobt pas indépendantes mais il serait prématuré d'aborder ces problèmes ici).


CHAPITRE III LA PRODUCTION

I) LES ENTREPRISES ET LES ADMINISTRATIONS
1) Qu'est ce que la production ?
2) Biens et services
3) Production marchande/non marchande.

II) PRODUCTION DE SERVICES NON MARCHANDS
1) La production de services non marchands
2) Le financement de la production non marchande
Notion de prélèvement obligatoire (il ne sera pas tenu de faire une présentation détaillée des P.O.)

III) LES ENTREPRISES
A) Le choix du produit
On pourra donner quelques éléments de mercatique (marketing) ; on pourra s'appuyer sur les données du chapitre sur la consommation.

B) Différents types d'entreprises
1) Selon la taille
2) Selon le statut juridique

C) Les comptes de l'entreprise.
1) Les coûts de production
2) Les sources de financement
3) Résultat et Valeur ajoutée.
Notions de : chiffre d'affaires, bénéfice, valeur ajoutée.

D) Les stratégies d'entreprises
1) Croissance interne/externe
2) Stratégies de croissance
Notions de : stratégies de concentration, sous-traitance, multinationalisation.

E) L'organisation du travail
1) Taylorisme et Post-taylorisme.
2) Un ou des chefs d'entreprise
(on insistera sur les diverses réalités que recouvre le terme chef d'entreprise : créateur d'entreprise, indépendant, PDG,... )

F) Les relations sociales au sein de l'entreprise.
On abordera ces différents points à partir d'exemples concrets (de monographies d'entreprise par exemple) en prenant soin d'élargir le propos et de montrer les différents cas possibles.

CHAPITRE IV : LES REVENUS ET LE CIRCUIT ECONOMIQUE.

I) D'où viennent les revenus ?
Les revenus viennent de la valeur ajoutée.

II) Les revenus directs

III) Les revenus de transfert

IV) Le circuit économique simplifié.

CHAPITRE V : STRUCTURES FAMILIALES

I) La diversité des formes familiales
Notion de : polygamie, parentèle, collatéralité, noyau conjugal

II) L'évolution des structures familiales en France depuis les années 60
Notion de : Nuptialité, fécondité, divortialité

III) Homogamie sociale/Hétérogamie sociale

IV) Les relations au sein de la famille

Méthodologie :
- On insistera sur les apports de l'ethnologie qui permettent de montrer aux élèves que ce qui peut paraître irrationnel a en général des fondements « raisonnables ».
- On pourra montrer qu'un même thème peut être partagé par plusieurs sciences sociales : ici, l'ethnologie, l'Histoire et la sociologie (il est possible de rajouter la psychologie sociale).
- Il peut être possible, notamment dans l'analyse des relations sociales au sein de la famille, démontrer des enquêtes par entretien ou par questionnaire.

CHAPITRE VI : CONCLUSION DE L'ANNEE

On profitera de cette conclusion pour :
- Rappeler que le « social «n'est pas transparent », donc qu'il faut des méthodes appropriées pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. On insistera notamment sur les différences entre corrélation et causalité.
- On rappellera les différentes méthodes utilisées dans l'année en rappelant leurs avantages et leurs limites : analyses statistiques, modélisation, entretiens, expérimentations psychosociales
- On montrera les différences entre les diverses sciences sociales à l'aide des exemples vus dans l'année : économie, sociologie, ethnologie, histoire, psychologie sociale,...

 

CLASSE DE PREMIÈRE
On approfondira la thématique de l'appréhension du social (à l'aide de l'apport de la psychologie sociale)

et on insistera sur les éléments de stabilité et de lien social.


CHAPITRE VII : CIRCULATION DES RICHESSES.

I) LES ECHANGES ECONOMIQUES ET SOCIAUX
A) ECHANGE MARCHAND
On fera quelques rappels de seconde (à préciser)

B) LA REDISTRIBUTION
1) La redistribution
2) Les services publics
3) Financement : les prélèvements obligatoires. On indiquera les caractéristiques des principaux prélèvements obligatoires.

C) LE DON
- C'est un point nouveau : On montrera que le Don reste présent dans nos sociétés.
- On montrera les règles sociales sous jacentes au Don (à partir d'un exemple simple comme le cadeau ).
- On montrera la particularité du don moderne (don de sang,...) : individuel et anonyme.
C'est l'occasion de confronter « économie » et « sociologie » à travers les notions de don et d'échange marchand. On peut également aborder la notion de Potlatch.

II) DEUX REPRESENTATIONS DE L'ECONOMIE
A) LES MECANISMES DE MARCHE
1) Les effets attendus des mécanismes de marché
2) Limites et effets pervers des mécanismes de marché.

B) LE CIRCUIT ECONOMIQUE
On fera une présentation simplifiée d'un circuit de façon à montrer le principe des interdépendances entre agents économiques. Il n'est pas nécessaire ici de faire une présentation approfondie de la comptabilité nationale.
1) En économie fermée
2) En économie ouverte
- On montrera quels sont les échanges faits avec l'extérieur
- On montrera (de manière simple) les effets d'une variation du taux de change sur les exportations et les importations

 

CHAPITRE VIII : PERCEPTIONS DU SOCIAL.

I) LA PERCEPTION DU MONDE
A) PENSEE RATIONNELLE OU PENSEE MAGIQUE ?
On montrera que la pensée magique et la pensée rationnelle coexistent dans une même société. On insistera sur le fait que la pensée magique réagit aux ressemblances ou aux oppositions ;

B) LA NORME D'INTERNALITE ET L'HYPOTHESE DU « MONDE JUSTE ».
On abordera ici deux notions essentielles de psychologie et de psychologie sociale.
La norme d'internalité est la tendance à attribuer la situation d'un individu à sa volonté ou à ses actes en négligeant le rôle des conditions environnantes

C) STEREOTYPES
On montrera ce qu'est un stéréotype, qu'il est inévitable dans le cadre de rencontres sociales mais qu'il peut amener à des excès.

D) DISSONANCE COGNITIVE.
On montrera que la dissonance cognitive naît du besoin de cohérence éprouvé par les individus.

II) LES RUMEURS ET LES MYTHES.
A) RUMEURS
On montrera que la rumeur est une information (réelle ou fausse) dont la source n'est pas officielle ou pas déterminée. On montrera la diversité des supports (du bouche à oreilles aux médias actuels) . On montrera les processus d'évolution des rumeurs (déformations, rôle de l'Adua ou « ami d'un ami »). On insistera sur les problèmes particuliers posés par Internet.

B) MYTHES
On abordera la notion de mythes au sens moderne du terme(mythes fondateurs : « nos ancêtres les gaulois... »)

NB : les points ci-dessus relèvent tous de la psychologie et de la psychologie sociale. Ils apparaissent comme essentiels dans la « formation du citoyen » puisqu'abordant des problèmes auxquels les élèves sont confrontés presque quotidiennement (de plus, par expérience, c la rencontre un grand succès auprès des élèves)

III) LES MEDIAS ET L'INFORMATION
A) LES DIFFERENTS MEDIAS

B) THEORIES DE L'INFORMATION
On insistera ici sur le fait que les deux thèses extrêmes de la totale dépendance ou de la totale liberté à l'égard des médias sont fragiles.
On insistera sur les théories des « effets limités » en présentant le « double step » (Merton ou lazarsfeld) et la « théorie de l'agenda ».
Méthodologie : x'est l'occasion de travailler sur des supports videos, papiers ou informatique (Internet). On travaillera sur la transmission d'information au sens strict du terme mais il est possible de travailler sur des objets « moins nobles » : Téléréalité, jeux télévisés, dessins animés, romans pour jeunes, livres pour enfants,...

 

CHAPITRE IX : LA MONNAIE ET L'ETAT.

I) LA MONNAIE
A) APPROCHES ECONOMIQUES
Qualités et fonctions de la monnaie
Création monétaire
Liens entre monnaie, inflation et activité économique
NB : On n'abordera pas explicitement le thème de l'Euro qui sera vu en terminale.

B) APPROCHES SOCIOLOGIQUES ET PSYCHOLOGIQUES
Approches sociologiques : on montrera que la monnaie peut être un instrument de liberté mais aussi de domination. On s'interrogera sur la place croissante occupée par la monnaie , notamment depuis les années 1980 ( l'auteur de base étant Georg Simmel).
Approches psychologiques : on montrera quelques attitudes psychologiques particulières vis à vis de la monnaie : prodigalité, consommation compulsive,...On peut releir cela à l'essor des jeux d'argent.

C) APPROCHES ETHNOLOGIQUES.
On s'intéressera particulièrement au cas des « monnaies primitives » en montant qu'elles n'ont pas toutes les fonctions de la » monnaie moderne ».

NB : Le but de ce chapitre est de montrer les diverses dimensions de « l'argent » en lien avec les évolutions actuelles.

D) POLITIQUES MONETAIRES
Régulation monétaire (on n'entrera pas dans le détail des instruments de la politique monétaire)

II) LE BUDGET DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES.
Recettes et dépenses publiques ; prélèvements obligatoires ; avantages et limites d'un déficit public.

 

CHAPITRE X : COMMENT POUVONS NOUS VIVRE ENSEMBLE ?

I) STRATIFICATIONS SOCIALES.
On s'interrogera sur les transformations de structures sociales depuis le 19ème siècle. On mobilisera deux ou trois théories e la stratification sociale permettant de saisir ce phénomène.

II) CULTURE ET SOCIALISATION.


III) NORMES ET DEVIANCES
Normes, déviances, stigmatisation, boucs émissaires.

CHAPITRE XI : EN GUISE DE CONCLUSION : LA MULTIPLICITE DES LIENS.

On insistera sur les différents liens sociaux possibles : liens de proximité, liens familiaux, lien politique, lien marchand,..
On ne sera pas tenu de présenter des catégories plus abstraites (communauté- société, par exemple) mais, pour montrer la fécondité de ce chapitre, on montrera que chaque type de lien est plus ou moins opératoire suivant les domaines analysés (on pourra revenir sur les différents points abordés dans l'année) ; on pourra également analyser les divers types de liens qu'on retrouve sur Internet.

 

PROGRAMME DE TERMINALE
Le programme est centré sur les problèmes de la croissance économique et de sa stabilité, l'ouverture sur l'extérieur et la perspective politique


CHAPITRE XII : CROISSANCE ET DESEQUILIBRES.

I) CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT.
A) POURQUOI LA CROISSANCE ?
On fera le lien entre croissance et niveau de vie
Transformations structurelles liées à la croissance : tertiarisation.
Concepts : PIB, PNB, PIB/tête.

B) LES LIMITES DE LA CROISSANCE.
Développement durable, IDH.

C) LES FACTEURS DE LA CROISSANCE.
1) LA POPULATION ACTIVE
Taux d'activité, transformations de la population active

2) ANALYSE DE L'INVESTISSEMENT.
Double face de l'investissement (offre-demande), effet multiplicateur.
Capacité et productivité.
(déterminants ?)

II) DESEQUILIBRES : INFLATION ET CHÔMAGE.
A) INFLATION.
On présentera les diverses conséquences, positives et négatives, de l'inflation ainsi que ses causes. On expliquera les raisons de l'écart entre inflation calculée et inflation ressentie.

B) CHÔMAGE.
Modes de calcul ; types de chômage ; analyse des causes.

III) EGALITES ET INEGALITES
On insistera sur la polysémie du terme et les relations avec la notion de justice.
On présentera les liens entre croissance, égalités et inégalités.

 

CHAPITRE XIII : MONDIALISATION, REI ET SMI

I) REI
Libre échange/protectionnisme, avantages comparatifs, dépréciation monétaire ;

II) SMI ET SFI
Fonction d'un SMI, Taux de change.
Montée e la sphère financière.

CHAPITRE XIV : CYCLES ET CRISES.

I) CYCLES ECONOMIQUES
Cycles Juglar et Kondradiev

II) CRISE ECONOMIQUE, CRISE SOCIALE, CRISE CULTURELLE.

Indicateurs de la crise économique : croissance, chômage.
« Crise culturelle » comme transformation : anomie.

XVII) POLITIQUES ECONOMIQUES.
Objectifs : relance, stabilité.
Logique : offre/demande.
Politique monétaire/politique budgétaire.


CHAPITRE XV : UNE SOCIETE POLITIQUE

I) QU'EST CE QUE LA DEMOCRATIE ?


II) LES PARTIS POLITIQUES EN FRANCE.
Historique et présentation succincte.
Sociologie électorale ;

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×